M comme… Mémoire

Transmettre une part de mémoire familiale ou collective est souvent à la source de toute recherche généalogique. En tant que généalogiste professionnel, il n’est pas rare de croiser des généalogistes amateurs intarissables sur l’histoire de leur famille, de leur village d’origine voire de leur région. Leur volonté de partager et de transmettre est toujours fascinante.

Si la mission poursuivie par le généalogiste successoral a d’autres objectifs, la plupart des dossiers nous permettent de faire revivre l’histoire de toute une famille avec, il est vrai, ses souvenirs heureux mais aussi plus douloureux. Encore récemment, nous avons dû annoncer à une mère le décès d’un fils qu’elle avait abandonné. Au-delà du drame que constitue la perte d’un enfant, notre intervention a permis à cette nonagénaire de connaître le destin de ce fils dont elle ignorait l’essentiel. Ses débuts difficiles dans la vie ne l’avaient pas empêché de réussir socialement. Elle nous a confié que notre travail lui avait, en définitive, permis de retrouver une grande sérénité : « Je vais pouvoir partir en paix avec moi-même ».

Plus fréquemment, nous permettons à des cousins éloignés de se retrouver voire de se connaître. Parfois, ils reconstituent ensemble la part de mémoire familiale que les uns et les autres détenaient séparément.

La mémoire d’une famille est souvent morcelée par le temps, par l’éloignement géographique mais aussi par les secrets. Robert, ancien cheminot de 84 ans, a ainsi appris au soir de sa vie qu’il avait deux demi-sœurs. Il n’avait jamais connu son père, lequel avait quitté le domicile conjugal peu après sa naissance. Lorsque nous l’avons rencontré afin de l’informer de ses droits dans la succession d’une cousine au 6ème degré, Robert nous avait dit : « Je suis le dernier en vie ». Il n’avait, selon ses propres mots, plus grand monde autour de lui, sinon un ami fidèle. Jean-Claude, le compagnon des luttes syndicales d’antan s’en occupait comme un frère. Jusqu’à son décès en Septembre 2015.

La découverte de ses deux sœurs inconnues, dont l’une était partie outre-Atlantique l’avait amusé, lui l’homme du Nord accueillant et chaleureux. Sa pudeur naturelle lui aurait sans doute interdit de les contacter. On ne le saura jamais. A chacun des héritiers de Robert que nous avons dû rechercher pour régler sa propre succession, il nous est apparu indispensable de raconter son histoire, ses engagements, les liens forts qui l’unissaient aux camarades du syndicat, et puis l’existence de ces deux sœurs, tantes ou grand-tantes ignorés des ayants-droit retrouvés. Au nom d’une certaine idée de la mémoire.

Les histoires individuelles et familiales que nous mettons parfois en lumière ne sont jamais éloignées de la grande Histoire. Les Généalogistes professionnels n’ont ainsi pas hésité à proposer au Ministère de la Culture de mettre leurs compétences au service de la recherche d’ayants-droit de biens spoliés. Dans le cadre de la convention de partenariat signée par Généalogistes de France, une œuvre de Degas a ainsi pu être restituée. D’autres le seront dans les mois et les années à venir.

Demain, d’autres recherches et d’autres rencontres nous permettront, très modestement, d’exhumer des tranches de vie et des épisodes d’histoire collective qui semblaient promis à l’oubli.

Cédric DOLAIN
Président de la Chambre des Généalogistes Professionnels (CGP)
Généalogiste successoral
Cabinet DNGS
www.dngs.fr

Publicités

Un commentaire sur “M comme… Mémoire

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :