H comme… Historiettes italiennes

Il n’est pas rare de trouver des témoignages et des tranches de vie inscrits sur les registres que l’on consulte.

C’est toujours avec émotion que l’on lit ces lignes.

D’autant qu’ici il s’agit du meurtre d’un adolescent…

Curé italien.jpg

 Image tirée des registres de la paroisse San Nicola de Pizzone (province de Isernia)

Grottes et gouffres enneigés :

Ce témoignage est issu du livre « La valigia di cartone » écrit par Francesco di Murro, historien local du village de Carlo San Magno (province de Frosinone), sur l’histoire de son territoire. Dans son livre, l’écrivain relate de nombreuses anecdotes, avec un talent et une sensibilité extrême dû à son amour pour son village. Je relate cette activité avec beaucoup moins de talent mais autant de compassion pour ces villageois d’un autre temps. Le village se situe sur des collines isolées dans le centre de l’Italie. Les habitants vivaient de fourrages, de châtaignes et autres cultures ou cueillettes, car le territoire est escarpé et ne permet pas de culture étendue. Le climat n’y est pas très généreux. Une activité inhabituelle en témoigne. Il s’agissait de ramasser la neige durant l’hiver et de l’entasser dans des gouffres ou des grottes locales. Les hommes apportaient la neige, les femmes et les enfants se chargeaient de la compresser, comme on foule le raisin. La neige ainsi compactée se transformait en glace, que les cavités protégeaient de la chaleur, durant les saisons chaudes. Cette glace était ensuite découpée en pain pour être transportée et vendue dans la vallée, uniquement vers les proches villages, pour rafraîchir et aider à la conservation des denrées… Le narrateur se souvient particulièrement des glaces que leurs parents confectionnaient en ajoutant à la glace des fraises ou autres fruits de saison…. On a du mal de nos jours à imaginer autant de travail pour un peu de glace…

Toujours dans ce même livre, Francesco di Murro décrit le drame de l’émigration.

Les gens n’arrivaient pas à vivre de leur travail, la majorité d’entre eux se rendait dans les villages voisins puis de plus en plus éloignés. Quelques téméraires, rêveurs ou désespérés… franchissaient le pas et décidaient de migrer vers les Amériques principalement, ou autres pays moins lointains… Certains après une première tentative revenaient comme ils étaient partis, la nostalgie du pays, des coutumes, des gens, des amis et de la famille. Car « là-bas » tout est si différent, la langue d’abord, obstacle immense. Puis l’isolement, la mise à l’écart, l’indifférence qui leur était trop pesante… D’autres feignaient au contraire leur bien être dans ce nouveau pays, mais on apprenait tôt ou tard leur subterfuge. Certains arrivaient cependant à surmonter les handicaps, et réussissaient à faire venir dans leur nouveau monde les proches parents ou amis, mais bien trop rares… Les déçus de l’expérience, aussi malheureux à leur retour qu’à leur départ, retrouvaient la joie de vivre uniquement du fait de se retrouver dans leur village. Mieux vaut vivre en mauvaise condition mais entouré de ses proches… qu’à l’étranger loin de tous, pour pas grand-chose de mieux… L’auteur relate aussi les témoignages des anciens migrants. Il raconte les semaines de préparations, pour réunir le nécessaire au voyage, les autorisations mais surtout le financement du trajet, la plupart du temps uniquement l’allée… Pour le retour ils verront plus tard…. Puis le moment de partir approche, les réunions de familles se succèdent pour les adieux. Les dernières nuits passées sans trouver le sommeil, à se torturer l’esprit avec des tonnes de questions… Le jour du départ venu, l’accompagnement des proches à la gare, les adieux sur le pas de la porte ou sur le quai… On ne peut que penser à ce qui se passe aujourd’hui pour d’autres peuples, pour d’autres raisons…

Christian SERPERO
Généalogiste familial
www.genealogiste-italien.com

Publicités

Un commentaire sur “H comme… Historiettes italiennes

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :