B comme… BOILLETOT et HUET

J’ai dans mon panier un acte qui m’avait marqué à l’époque de mes premières recherches familiales présentant une traçabilité alors inédite pour moi relative au décès de Jean François BOILLETOT, père de mon arrière-grand-père maternel.

Jean François est né à Champigny-lès-Langres en Haute-Marne le lundi 29 janvier 1827. Il est l’avant dernier des garçons du couple formé par ses parents Jean Baptiste BOILLETOT (1784-1863), tailleur de pierres et Jeanne LANGUET (1788-1861) qui compte 9 enfants.

Il exerce les professions de domestique et terrassier.

En octobre 1871, il épouse Marie Joséphine CAVIROT (1841-1899) avec qui il aura au moins 6 enfants.

Le 24 novembre 1889, des ouvriers qui y travaillaient découvrent le cadavre d’un homme dans un bois. Le maire se déplace sur les lieux et réalise un descriptif saisissant de la scène sans pouvoir identifier le mort.

Acte décès Jean François BOILLETOT

« L’an 1889, le 24 novembre à une heure du soir, par devant nous GARNIER Nicolas, maire et officier de l’état civil de la commune de Marac, canton et arrondissement de Langres, département de la Haute-Marne, ont comparu CHARPENTIER Cyrille, âgé de 43 ans, tisserand, et DENIS Mérile, âgé de 46 ans cultivateur, tous deux domiciliés à Marac, lesquels nous ont déclaré qu’un individu, à eux inconnu, du sexe masculin, vêtu d’une blouse bleue neuve sur un paletot en drap gris, d’un gilet en drap  noir à carreaux, d’une chemise en coton de couleur à raies, d’un pantalon de velour marron, d’un caleçon en coton, de chaussettes en laine grise, de souliers neufs à semelles en bois, d’une casquette à rabats en drap marron; porteur d’un mouchoir de poche à carreaux blancs avec raies rouges, marqué GG, d’un sachet en toile formant bourse et contenant 20 centimes, d’une pipe en terre cuite, d’une blague en cuir noir, d’un couteau avec manche en corne de cerf contenant 3 pièces et un tire-bouchons; paraissant âgé de 60 ans environ, de forte corpulence, taille de 1 mètre 75 cm portant moustache tirant sur le roux, chauve au sommet de la tête et paraissant avoir les cheveux grisonnants, a été trouvé mort, et la mort paraissait remonter à 3 ou 4 semaines, cejourd’hui 24 novembre à 12h00, au bois communal de Marac, lieu  dit l’ordon de la Maréchale, à environ 60 mètres de la route de Langres à Chatillon-Sur-Seine. Après nous être assuré du décès en nous transportant sur les lieux, nous avons dressé le présent acte, et nous l’avons lu aux déclarants qui l’ont immédiatement signé avec nous . »

Une enquête est réalisée par le commissaire de police de Langres. Elle établit en date du 25 juillet 1890, grâce notamment à l’implication de la famille, la certitude absolue qu’il s’agit bien du corps de Jean François BOILLETOT. La famille demande alors que l’acte dressé par le maire soit légalement rectifié et ce notamment en vue du mariage prochain d’un des fils le 9 août 1890.

____________________________________________________________________________________________

Un cas similaire concernant le père de mon arrière-grand-mère de la branche paternelle. Benjamin HUET, scieur de long mais aussi marchand ambulant, revendeur, colporteur, marchand de peaux de lapins et accessoirement voleur en bande organisée (condamnation en 1912 pour des faits de vols de poules et de vin) est né à Gelvécourt-et-Adompt dans les Vosges en 1841 d’un père vigneron, pâtre & berger.

En 1869 il épouse à Maxey-sur-Vaise dans la Meuse Marie DIDIER (1849-1923). Le couple aura au moins 11 enfants.

Article de presse

Déjà, deux ans auparavant, un article du journal de la Meurthe le 3 février 1916 faisait état d’une disparition de l’intéressé. Le 17 novembre 1918 on retrouve son cadavre sans, une fois encore, pouvoir dater précisément son décès. L’histoire familiale dit qu’il serait mort sur la route, en venant de son domicile à Commercy jusqu’à Vaucouleurs, afin de rendre visite à sa fille Mazélie ; il se serait trompé de route près d’un village situé près de Void-Vacon en Meuse où il serait mort de froid.

Article de presse 2
(La Croix Meusienne 01/12/1918)

Avec un peu de légèreté, je peux entrevoir d’où vient mon absence totale de sens de l’orientation.

Jean-Michel NOCUS
Généalogiste familial
Etude Généalogique NOCUS
www.egnocus.fr

Publicités

Un commentaire sur “B comme… BOILLETOT et HUET

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :